Dernière journée intensive de deux semaines remplies d’aventures, d’apprentissages et d’émotions. La visite de trois vignobles sud-africains nous a permis de terminer ce campus sur une note positive et festive.

 

Monsieur Stephen Flesch fut notre guide tout au long des visites. Retraité depuis un certain nombre d’années, M. Flesch a commencé à offrir ces services de guide avant tout pour le plaisir et par amour du vin, où il reçoit des touristes venant d’un peu partout. Ses différents contacts dans l’industrie viticole lui permettent d’organiser des rencontres avec différents vignerons à travers la province du Western Cape. Lors du trajet d’autobus vers la visite de notre premier vignoble, ce dernier en profita pour nous parler davantage de la région de Stellenbosch, région viticole la plus productive du pays, produisant plus de 45% de toute la production du pays. De plus, saviez-vous que l’un des cépages les plus connus d’Afrique du Sud est le pilotage et que celui-ci a été créé par un chercheur de l’université de Stellenbosh? En effet, tel que raconté par M. Flesh, c’est un certain Abraham Perold qui composera en 1925 ce cépage par le croisement du pinot noir et de l’hermitage, communément appelé aujourd’hui le cinsault. Bien qu’il est possible de déguster d’excellent pilotage, ce cépage est souvent utilisé à des fins de vin d’assemblage tel qu’avec le merlot ou encore le shiraz. Du côté des vins blancs, on y produit majoritairement du chemin blanc, souvent fruité et vif, et du chardonnay, plutôt boisé et rond en bouche.

 

Le premier vignoble visité était le Waterfort Estate. Endroit très charmant, moderne et accueillant. Ce vignoble fondé en 1998 est le plus récent des trois. À notre arrivé, la première chose qui nous frappa fut la grande table préparée pour la dégustation et les différentes coupes de vin assignées à chacun.

DSCN8558

Un des fondateurs, Kevin Arnold, conduisit la dégustation de vin agencé à trois différents

chocolats. L’accord vin et chocolat était excellent et cette initiative de combiner ces deux aliments est maintenant commercialisé sous forme de coffret cadeau pour vivre l’expérience à la maison. La discussion dirigée

par monsieur Arnold autour des vins et de l’entreprise, entreprise familiale qui propose des vins de qualité supérieure et qui détient plusieurs défis tels que le positionnement de ses produits dans une industrie excessivement compétitive. Il ne se montra aucunement réservé quant à discuter avec nous des aspirations, des défis ainsi que des marges de profit du vignoble. La rencontre se termina donc après avoir gouté à plusieurs vins des plus savoureux dont plusieurs en profitèrent pour s’en procurer quelques bouteilles.

DSCN8555DSCN8553

Notre deuxième visite fut dans un tout autre environnement. Le domaine Warwick existe depuis les années 1771 et a su s’adapter et évoluer selon les générations. Le style un peu plus ancien se voyait par les bâtiments et ses infrastructures. Un associé commença par nous expliquer brièvement l’histoire du domaine, insistant sur le fait que la première femme à produire le vin de ce domaine était une Canadienne, tout en nous faisant déguster différents vins du domaine. L’aspect qui nous semblait le plus pertinent durant cette deuxième et même troisième visite était la possibilité de comparer les différents vignobles selon les propos des propriétaires. Ce deuxième vignoble ne se positionne pas dans le même créneau que le premier en raison de son offre de vin de moyenne gamme. Un copieux repas nous a par la suite été servi et un des propriétaires, Monsieur Ratcliffe, est venu discuter avec nous de l’entreprise et répondre à nos questions.

DSCN8566DSCN8575

Finalement, le troisième vignoble, Neethlingshof, était encore une fois bien différent des deux précédents. Celui-ci se démarqua par sa taille et ses mécanismes de production.  Nous avons eu la chance de faire une visite de l’usine de production qui était très impressionnante par sa quantité de volume produit et par l’immensité des réservoirs à vins fabriqués d’acier inoxydable. Ensuite nous avons été dans le chai où reposaient des centaines de barriques de vin. Durant cette dernière visite, nous avons senti que la rencontre était moins personnalisée que les deux autres, car la visite et la dégustation étaient assez touristiques et corporatives. La salle de dégustation était beaucoup moins chaleureuse que les précédentes et même plutôt froide. Toutefois, il était intéressant de pouvoir observer la production derrière ces bouteilles de vin produites et de voir l’évolution de ce domaine. L’associé qui nous a accompagnés lors de la visite et de la dégustation a pris le temps de nous parler du domaine et encore une fois répondre à nos questions.

DSCN8580DSCN8583

Le choix de ces trois vignobles était pertinent en raison de leurs différences et de leur place dans l’économie de l’Afrique du Sud. Notez que les vins des différents vignerons énumérés ci-dessus ne sont pas encore offerts à la SAQ.

 

Han-li Tremblay

Marc-Antoine Séguin